Archive de l’étiquette Presse

ParAelwez

Détectoristes, ils retrouvent la précieuse montre

La Baule

Un couple allemand a retrouvé, jeudi soir, une montre « à valeur sentimentale » perdue mardi, plage de La Baule, grâce à Morgan Le Tallec, Yves Da Rui et leurs détecteurs de métaux.

L’histoire

Des détectoristes ont encore frappé. Après avoir retrouvé une alliance sur la plage de Pornic il y a quinze jours, deux propriétaires de détecteurs de métaux de l’association Prospecteurs 44, ont retrouvé une montre, jeudi soir. Une chance inespérée pour Martin Springer. Ses recherches pour retrouver le précieux objet de sa femme, duraient depuis trois jours.

En vacances à La Baule, le couple d’Allemands était sur la plage au niveau du club nautique, lorsque l’objet, que l’homme gardait précieusement dans la poche de son maillot de bain, est tombé à l’eau. Panique et branle-bas de combat, le fautif va faire des pieds et des mains pour retrouver la montre « à valeur sentimentale », offerte par un père à sa fille.

« Par chance, il a tout de suite eu le réflexe de se repérer sur la plage avec les bouées, raconte Christophe Delahaye, le gérant de l’hôtel le Lutetia où logeait le couple. Il a attendu que la marée soit basse, puis il a cherché la montre pendant quatre heures. »

45 minutes de fouilles

Le lendemain, Martin Springer et Christophe Delahaye font des pieds et des mains, sollicite la mairie, la police municipale, la préfecture… en vain. Mais l’époux n’en démord pas. « Il a alors pensé aux détecteurs de métaux. J’ai appelé pour en louer un, mais il n’était pas assez puissant. Puis j’ai trouvé un forum sur Internet à ce sujet et j’ai laissé un message. »

Un périmètre d’une trentaine de mètres carrés

L’association Prospecteurs 44 se manifeste. Morgan Le Tallec, bénévole propriétaire d’un détecteur de métaux à Saint-Molf est prêt à se déplacer. Mais il faut attendre que la marée soit basse. Avec Yves Da Rui, de Pontchâteau, lui aussi membre de l’association, ils arrivent à La Baule à 22 h. Les deux détectoristes accompagnés de Martin Springer, une fourche à la main, prennent la direction de la mer. « Ils ont fait un périmètre d’une trentaine de m², selon les indications de M. Springer et ils ont sillonné la plage, raconte Christophe Delahaye. Par moments, ça bipait beaucoup cétaient les capsules de bières. » 45 minutes plus tard « Ça a bipé beaucoup plus fort, c’était la montre ! »

L’objet était enfoui une vingtaine de centimètres sous le sable. « Si personne ne l’avait ramassé, les détecteurs étaient confiants, ils étaient sûrs de la retrouver. » Martin Springer a alors récompensé ses sauveurs, par un généreux don à Prospecteurs 44.« Maintenant que je connais l’association, je serai beaucoup plus réactif si ça arrive de nouveau », s’enthousiasme le gérant du Lutetia.

Article Ouest-France du 04/09/2016